Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires pour vous offrir un meilleur service.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies sur ce site. En savoir plus

J'ai compris

Les Cookies

Cette rubrique vous permet d’en savoir plus sur l’origine et l’usage des informations de navigation traitées à l’occasion de votre consultation de notre site et sur vos droits.

Ainsi, lors de la consultation de notre site, des informations relatives à votre navigation sont susceptibles d’être enregistrées dans des fichiers Cookies installés sur votre terminal (ordinateur, tablette, smartphone, etc.).

Ces cookies sont émis par le site du CEA LIST dans le but de faciliter votre navigation sur notre site.

Sachez que seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier des informations qui y sont contenues.

Si vous partagez l’utilisation de votre terminal avec d’autres personnes, nous ne pouvons pas nous assurer de manière certaine que les services et publicités destinés à votre terminal correspondent bien à votre propre utilisation de ce terminal et non à celle d’un autre utilisateur de ce terminal.

Les cookies que nous émettons

Les cookies que nous installons, dans votre terminal, nous permettent de reconnaître votre navigateur lorsque vous vous connectez à notre site.

Soucieux de servir nos clients au mieux, nous émettons des cookies afin :

  • D’établir des statistiques de fréquentation (nombre de visites, de pages vues, …) afin de suivre et d’améliorer la qualité de nos services.
  • D’adapter la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal.
  • De mémoriser des informations saisies dans des formulaires, gérer et sécuriser l’accès à des espaces réservés et personnels tels que votre compte, le cas échéant.

Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et vos conditions d’accès à certains services nécessitant l’utilisation de Cookies.

Vous pouvez exprimer et modifier à tout moment vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu’ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur.

Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l’acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu’un cookie soit susceptible d’être enregistré dans votre terminal.

Nous vous informons que si votre navigateur est configuré de manière à refuser tous les cookies, vous ne pourrez pas profiter de fonctions essentielles de notre site. Nous vous invitons à paramétrer votre navigateur au mieux.

La configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d’aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.

Vous trouverez ci-dessous des éléments de paramétrage des principaux navigateurs.

Internet explorer

  1. Dans le menu « Outils » en haut à droite de la barre de navigation, sélectionnez « Options Internet »
  2. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
  3. Vous pouvez paramétrer vos choix concernant les cookies à l’aide d’un curseur. Si vous cliquez sur « Avancé » vous pouvez faire une gestion manuelle et avancée des cookies
  4. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »

Mozilla Firefox

  1. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
  2. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
  3. Paragraphe Historique : Dans le menu déroulant « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
  4. Les paramètres qui s’affichent vous permettent de paramétrer vos choix concernant les cookies et leur durée de conservation (refuser tous les cookies, d’accepter les cookies en refusant les cookies tiers)
  5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »

Google Chrome

  1. Cliquez sur l’icône personnaliser et contrôler Google Chrome située en haut à droite de la barre de navigation
  2. Sélectionnez « Paramètres » puis activez « afficher les paramètres avancés »
  3. Dans la partie confidentialité, activez le menu « paramètres de contenus »
  4. Paramétrez vos choix concernant les cookies, sélectionnez « Blocage des sites tiers »

Safari

  1. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
  2. Sélectionnez l’icône « Confidentialité »
  3. Paramétrez vos choix concernant les cookies (Blocage des sites tiers)

12 octobre 2017 | Texturer virtuellement les surfaces lisses

texturer virtuellement surfaces ListDes chercheurs du List*, institut de CEA Tech, ont réussi à contrôler la friction d'un doigt avec une surface lisse pour faire naître l'illusion d'une texture. Le champ de vibration généré étant très local, l'impression de texture obtenue est fine et précise.

Lors de l'exploration manuelle d'une surface lisse, comme un écran de smartphone par exemple, une impression de texture peut être apportée par des variations des forces de friction exercées sur les doigts. Sur la plupart des dispositifs, un moteur est placé sous la surface et exerce une vibration diffuse et globale. Les chercheurs du List ont réussi à apporter une sensation plus précise, différente au niveau de chaque doigt. La publication issue de leurs travaux a été élue « Best paper » de la conférence IEEE World Haptics 2017.

Le principe est le suivant : plutôt que d'augmenter le coefficient de frottement sur l'ensemble de la surface, on le réduit à l'aide d'ultrasons qui génèrent une sorte de coussin d'air sous le doigt. « Ce qui est nouveau, c'est de parvenir à générer ce coussin d'air de manière localisée, pour une sensation tactile plus précise. » Pour cela, des actionneurs piézoélectriques ont été placés sous la surface de l'écran, et émettent des vibrations à des fréquences choisies pour ne pas se propager à l'ensemble de la surface.

Breveté par le List, ce système permet la restitution d'une illusion de texture sur des surfaces pouvant être explorées par plusieurs doigts simultanément. A terme, des matériaux piézoélectriques transparents pourront être déposés directement sur la surface, en utilisant des techniques de dépôt développées au Leti.

*Depuis 2006, le List est labellisé Institut Carnot (Institut Carnot TN@UPSaclay).

Retrouvez cette actualité sur http://www.cea-tech.fr/

 

 

10 octobre 2017 | Tridimeo : 200ème startup issue des laboratoires du CEA

tridimeo 250
Capteur 3D multispectral Tridimeo : modèle TDM003 (production du premier exemplaire prévue en novembre 2017) © tridimeo

A l’occasion de sa journée annuelle dédiée à la création d’entreprise, le CEA a remis à la société Tridimeo, le trophée de la 200ème startup essaimée de ses laboratoires. La jeune entreprise a bénéficié de l’ensemble du dispositif d’accompagnement mis en place par le CEA.

La société Tridimeo, nouvellement créée, propose des solutions de vision 3D industrielle de nouvelle génération, sur la base de développements du List*, institut de CEA Tech. Ces solutions permettent d’automatiser des processus d’inspection qualité ou de guidage robotique, qui permettent d’automatiser des processus d’inspection qualité ou de guidage robotique complexes.

Tridimeo vise à répondre à l’enjeu des coûts engendrés par la non-qualité dans les usines, mais aussi à celui de l’automatisation d’opérations de manutention pénibles et répétitives. Les solutions développées par la jeune entreprise sont doublement innovantes : elles délivrent, non seulement, des images 3D avec une précision submillimétrique tout en fonctionnant à une cadence élevée, mais elles permettent aussi de monitorer la couleur des produits ou de détecter les rebuts dans la production. Des applications qui intéressent d’ores et déjà le secteur de la construction automobile et celui de la production de biens de consommation courante.

Les co-fondateurs de Tridimeo ont bénéficié, comme toutes les startups essaimées du CEA, de l’ensemble du dispositif d’accompagnement mis en place par l’organisme pour accélérer les projets de création d’entreprise : incubation du projet, accès à des équipes de recherche et à un portefeuille de technologies matures, très innovantes et protégées par des brevets, mise à disposition de compétences en propriété intellectuelle, études de marché, prêt d’honneur et prise de parts fondateurs.

Le transfert des connaissances vers l’industrie constitue depuis toujours le cœur de la mission du CEA. Ce savoir-faire unique a permis à l’organisme de figurer en tête du classement Reuters/Clarivate 2017 des 25 institutions de recherche publiques les plus innovantes en Europe, et d’occuper la deuxième place mondiale.

La startup, une voie utile pour les innovations de rupture

La création d’entreprise est l’une des voies de valorisation de la recherche et de la technologie, privilégiée en particulier lorsque la découverte constitue une rupture technologique importante et risquée. L’entreprise créée, plus agile qu’un grand groupe, épaulée par le CEA, peut en effet plus facilement trouver sa place sur le marché.

Le CEA mène depuis plus de vingt ans une politique active d’accompagnement à la création d’entreprise et d’essaimage auprès de ses chercheurs, ingénieurs et techniciens. Cette politique s’est traduite par la création de 200 startups depuis 1978, dont plus de 70 % sont encore en activité. La dynamique s’est encore accrue ces 5 dernières années avec 51 sociétés crées depuis 2012, dont 93 % sont encore en activité, un chiffre au-dessus de la moyenne. Certaines anciennes startups du CEA figurent parmi le fleuron de l’industrie française. C’est notamment le cas de Soitec et Sofradir, aujourd’hui classées dans le top 10 des entreprises européennes de haute technologie.

Les startups issues du CEA travaillent toutes sur des technologies de pointe, disposant de forts atouts concurrentiels à l’international. Elles interviennent aujourd’hui dans des domaines aussi divers que les technologies de l’information, les énergies nouvelles, le numérique mais aussi les biotechnologies, comme la société Theranexus qui vient récemment d’annoncer des résultats particulièrement prometteurs dans le domaine du traitement des maladies du système nerveux central.

Des initiatives pour financer les entreprises en croissance

Afin de s’assurer que les startups innovantes puissent croître et générer des emplois en France et en Europe, le CEA s’est associé, en juin 2017, à Amundi, premier gestionnaire d’actifs européen, pour créer la société de gestion Supernova Invest. Cette nouvelle société allie recherche en innovation technologique et gestion en capital-investissement, pour aider les entreprises de haute technologie à trouver des financements. Dans ce cadre, Supernova Invest peut intervenir à tous les stades de maturité des sociétés innovantes, des startups en amorçage aux sociétés matures. Elle peut financer les innovations, fondées sur le développement intensif de technologies de rupture issues des laboratoires de recherche du CEA ou d’autres organismes publics de recherche et associée le plus souvent à de forts enjeux industriels.

 *Depuis 2006, le List est labellisé Institut Carnot (Institut Carnot TN@UPSaclay).

 

tridimeo 500
Tridimeo : A gauche, David PARTOUCHE, dirigeant de la société, à droite Rémi MICHEL, directeur R&D © Incuballiance - l'incubateur technologique du campus Paris-Saclay

5 octobre 2017 | Channel 5 : l’intelligence artificielle au service du Port du futur

channel 5 listMGI vient de lancer le développement de Channel 5, un service très innovant d'aide à la décision en milieu portuaire. Sa spécificité et son point fort : l'intelligence artificielle. Un développement réalisé dans le cadre du partenariat établi avec CEA Tech.

Récompensé meilleure innovation dans la catégorie logistique aux assises du Port du futur

Lors des assises du Port du futur qui se sont tenues à Paris les 26 et 27 septembre derniers, MGI a reçu le Trophée Port du Futur dans la catégorie logistique pour sa solution Channel 5. Ces trophées récompensent les solutions innovantes s'adressant aux ports et gestionnaires de port ainsi qu'à leurs clients et permettent de renforcer la performance, la compétitivité et la sécurité des ports.

Objectif de Channel 5 : offrir une vue précise et en temps réel de l'état du système portuaire. Il informera notamment les utilisateurs de la fluidité du trafic à la gate ainsi que des flux de marchandises attendus aux terminaux maritimes, à l'import et à l'export ; Channel 5 apportera ainsi une réponse concrète à l'attente de toutes les places maritimes.

Plus encore, grâce à son cœur d'intelligence artificielle, développé en collaboration avec le List*, institut de CEA Tech dédié aux systèmes numériques intelligents, Channel 5 détectera les aléas et proposera instantanément des alternatives aux utilisateurs. Il réduira ainsi la congestion portuaire.

Opérateurs de terminaux, autorité portuaires, transporteurs routiers, agents maritimes et transitaires ; les acteurs portuaires bénéficieront directement de ce nouveau service. Mais plus encore, la ville tout entière, et en particulier les automobilistes, en profiteront aussi, en subissant moins d'encombrements autour des terminaux.

Véritable capteur d'informations

Le principe de Channel 5 consistera à fusionner les données issues du Cargo Community System (CCS) de MGI avec des données provenant de sources variées, susceptibles d'influer sur la fluidité du transit de la marchandise : prévisions météorologiques, trafic routier, pannes d'engins de manutention, la situation sociale sur le terminal, et le volume de marchandise attendu. Ces éléments seront ensuite comparés à un répertoire de règles métiers qui évaluent dans quelle mesure l'activité est normale ou perturbée et quels acteurs pourraient être affectés. Channel 5 proposera ensuite instantanément des réponses pertinentes pour répondre aux aléas.

Pour Christophe Reynaud, Responsable Innovation chez MGI, Channel 5 est un service inédit pour les professionnels de la logistique portuaire. « Le cœur d'IA que nous intégrons dans notre système réduira la charge de travail des opérateurs, affirme-t-il, et leur indiquera la solution la plus adaptée, dans un contexte où, à défaut de maîtriser toutes les données, et par manque de temps pour les analyser, ils pourraient choisir des options moins efficaces. »

Pour Philippe Watteau, Directeur du List, institut de CEA Tech : « Pionnier dans les outils de gestion des flux logistiques, MGI peut désormais compter sur notre expertise en intelligence artificielle pour développer des solutions performantes et concurrentielles. En intégrant dans ses outils nos systèmes d'aide à la décision, MGI facilitera la tâche des opérateurs. Notre savoir-faire technologique vient ainsi soutenir un acteur-clé des infrastructures portuaires. »

Channel 5 est actuellement en phase de démonstration de faisabilité (Proof of Concept). Nous analysons le comportement du système, en coopération avec nos partenaires Seayard, opérateur de terminal, et les ingénieurs de CEA Tech. La finalisation est prévue dans le courant de l'année 2018.

Channel 5 sera alors disponible en tant que module additionnel à Ci5 dont l'implémentation du CCS sur le port de Marseille-Fos est prévue au début du deuxième trimestre 2018. Channel 5 sera également adaptable à tous les ports, dotés d'un CCS ou pas.

Ce nouveau service s'inscrit dans le cadre de la démarche smart port engagée par la métropole Aix-Marseille Provence.

Il renforcera le travail collaboratif et le port spirit des acteurs des CCS.

*Depuis 2006, le List est labellisé Institut Carnot (Institut Carnot TN@UPSaclay).

5 octobre 2017 | Contrôler les doses en radiothérapie guidée par l’image

controle dose radiotherapie list 250Dans le cadre du projet ANR AID-IGRT, un calcul personnalisé des doses reçues par les patients en radiothérapie guidée par l'image a été mis au point. Il servira, à terme, à optimiser les protocoles d'imagerie pour réduire la dose globale.

L'utilisation de systèmes d'imagerie embarqués visant à positionner précisément le patient avant chaque séance de radiothérapie est pointée du doigt. Souvent mal quantifiée et par conséquent sous-estimée, la dose cumulée reçue au cours d'un traitement n'est pas sans risque. Dans le cadre d'un projet ANR, le List (Institut Carnot TN@UPSaclay) a développé les outils expérimentaux et numériques nécessaires à une évaluation dosimétrique précise de ces examens et à leur optimisation.

Les chercheurs ont dans un premier temps mesuré les doses délivrées avec des dosimètres calibrés, insérés dans des fantômes anthropomorphes représentant une morphologie standard de patient. Un prototype de logiciel de calcul 3D de doses délivrées par les dispositifs d'imagerie embarqués a ensuite été développé, pour calculer de façon personnalisée la dose reçue par chaque organe du patient en fonction de sa morphologie réelle et des spécificités du traitement suivi.

Ce logiciel fondé sur la modélisation Monte-Carlo* a été validé sur la plate-forme Doseo et présenté à l'Autorité de Sûreté Nucléaire. Objectif : le déployer dans un contexte clinique de façon à offrir aux professionnels de santé le premier système de report précis de la dose délivrée aux patients, et de réduction de celle-ci sans nuire à la qualité de l'image.

*ce terme désigne une famille de méthodes algorithmiques visant à calculer une valeur numérique approchée en utilisant des techniques probabilistes

Retrouvez cette actualité sur http://www.cea-tech.fr/

 

 

22 septembre 2017 | La ministre des Armées à la rencontre de l’écosystème numérique au CEA à Saclay

Systematic 19sept2017 101 250

​Florence Parly, ministre des Armées, s’est rendue mardi 19 septembre à Nano-INNOV, sur le centre CEA à Saclay, pour y réunir le comité exécutif du ministère sur les sujets de la transformation numérique.

A l’invitation du pôle Systematic, la ministre des Armées, Florence Parly a réuni à Saclay le comité exécutif du ministère sur les sujets de la transformation numérique, au cœur d’un écosystème devenu l'un des principaux lieux de soutien et d'accompagnement à la recherche et au développement du numérique en France.

Les représentants du CEA, du Pôle Systematic1 et de SystemX2 ont tour à tour présenté l’écosystème qu’ils animent au sein de DigiHall3, le nouveau « cluster du numérique » du campus Paris-Saclay dont l’ambition consiste à mettre à disposition des industriels une chaîne complète de recherche et d’innovation en réunissant les principaux acteurs du domaine sur un lieu unique du Campus Paris-Saclay : le centre CEA Nano-INNOV à Palaiseau.

Cinq start-up et PME innovantes issues de ce cluster ont présenté leurs travaux susceptibles de trouver des applications défense. Bien qu’orientées à l’origine vers les besoins civils, elles ont presque toutes aujourd’hui des projets en cours avec les grands maîtres d’œuvre de l’industrie de la défense française ou avec la Direction générale de l’armement (DGA).

Parmi ces entreprises figuraient trois start-up essaimées du List4, institut de CEA Tech, direction du CEA en charge de la recherche technologique:

  • Diota, essaimée en 2009 et dédiée à la création de solutions logicielles de réalité augmentée pour l’industrie, afin de permettre aux industriels d’améliorer leurs performances en liant de façon interactive données numériques et espaces opérationnels humains ;
  • Kalray, créée en 2008 et qui développe une nouvelle génération de circuits programmables (reconfigurables après leur fabrication), basés sur une architecture massivement parallèle de plusieurs centaines de processeurs ;
  • Krono Safe, créée en 2011 et dont la suite d’outils logiciels utilise plus de quinze années de R&D du CEA sur la sûreté de fonctionnement dans le nucléaire et l’automobile, est le seul acteur du marché capable d’automatiser le développement d’applications temps-réel critique, en préservant leurs performances et en garantissant un haut niveau de sûreté.
Systematic 19sept2017 101 800x495
La ministre des Armées Florence Parly entourée (de g. à dr.) de Philippe Watteau, directeur du List, de Pascal Cléré, président de l’IRT SystemX, de Jean-Luc Beylat, président du pôle Systematic, et de Christophe Gégout, Administrateur général adjoint du CEA. © Systematic

La ministre a aussi rappelé que l’innovation et le numérique sont très important pour la transformation du ministère des Armées. Une défense nationale crédible est aujourd’hui indissociable d’une base industrielle et technologique de défense qui intègre davantage les mutations technologiques en cours, portées en particulier par les nouveaux acteurs du numérique, que la ministre a pu retrouver sur le plateau de Saclay rassemblées autour du CEA.

Enfin, si le CEA est aujourd’hui un acteur majeur du numérique, c’est aussi grâce à sa Direction des Applications Militaires, l’un des principaux acteurs du calcul haute performance à l’échelle internationale, dont les supercalculateurs, développés pour les besoins de la dissuasion nucléaire, se situent au meilleur rang mondial.

Systematic 19sept2017 146
Présentation de la start-up Krono-Safe à la ministre des Armées Florence Parly. © Systematic
Systematic 19sept2017 143
L'équipe de la ministre des Armées assiste à une présentation en compagnie de (de g. à dr.) de Michel Bédoucha (cravate rouge), directeur du centre CEA de Saclay, Christophe Gégout, Administrateur général adjoint du CEA et de Philippe Watteau, directeur du List. © Systematic

 


1Le pôle de compétitivité Systematic Paris-Région, créé en 2005, rassemble et anime un écosystème de plus de 800 membres, dont le CEA, membre permanent du bureau exécutif de Systematic. Ce pôle connecte les acteurs du logiciel, du numérique et de l’industrie sur les secteurs d’avenir.

2L’IRT SystemX est depuis 2012 l’un des huit instituts de recherche technologique qui ont été créés par le gouvernement pour renforcer l’attractivité du territoire et soutenir l’innovation en France. Il développe des filières économiques liées à son domaine au travers d’un partenariat stratégique public-privé équilibré.

3 Anciennement dénommé « Digitec », DigiHall a été lancé en mars 2017 par le CEA, Télécom ParisTech, Inria, le pôle Systematic et l’IRT SystemX, avec le soutien de la région Île-de-France ainsi que de l’Université Paris-Saclay et de l’Établissement Public d’Aménagement Paris Saclay. Plus de 1500 chercheurs et ingénieurs y seront concentrés d’ici 2020.

4Depuis 2006, le List est labellisé Institut Carnot (Institut Carnot TN@UPSaclay).