Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires pour vous offrir un meilleur service.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies sur ce site. En savoir plus

J'ai compris

Les Cookies

Cette rubrique vous permet d’en savoir plus sur l’origine et l’usage des informations de navigation traitées à l’occasion de votre consultation de notre site et sur vos droits.

Ainsi, lors de la consultation de notre site, des informations relatives à votre navigation sont susceptibles d’être enregistrées dans des fichiers Cookies installés sur votre terminal (ordinateur, tablette, smartphone, etc.).

Ces cookies sont émis par le site du CEA LIST dans le but de faciliter votre navigation sur notre site.

Sachez que seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier des informations qui y sont contenues.

Si vous partagez l’utilisation de votre terminal avec d’autres personnes, nous ne pouvons pas nous assurer de manière certaine que les services et publicités destinés à votre terminal correspondent bien à votre propre utilisation de ce terminal et non à celle d’un autre utilisateur de ce terminal.

Les cookies que nous émettons

Les cookies que nous installons, dans votre terminal, nous permettent de reconnaître votre navigateur lorsque vous vous connectez à notre site.

Soucieux de servir nos clients au mieux, nous émettons des cookies afin :

  • D’établir des statistiques de fréquentation (nombre de visites, de pages vues, …) afin de suivre et d’améliorer la qualité de nos services.
  • D’adapter la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal.
  • De mémoriser des informations saisies dans des formulaires, gérer et sécuriser l’accès à des espaces réservés et personnels tels que votre compte, le cas échéant.

Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et vos conditions d’accès à certains services nécessitant l’utilisation de Cookies.

Vous pouvez exprimer et modifier à tout moment vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu’ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur.

Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l’acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu’un cookie soit susceptible d’être enregistré dans votre terminal.

Nous vous informons que si votre navigateur est configuré de manière à refuser tous les cookies, vous ne pourrez pas profiter de fonctions essentielles de notre site. Nous vous invitons à paramétrer votre navigateur au mieux.

La configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d’aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.

Vous trouverez ci-dessous des éléments de paramétrage des principaux navigateurs.

Internet explorer

  1. Dans le menu « Outils » en haut à droite de la barre de navigation, sélectionnez « Options Internet »
  2. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
  3. Vous pouvez paramétrer vos choix concernant les cookies à l’aide d’un curseur. Si vous cliquez sur « Avancé » vous pouvez faire une gestion manuelle et avancée des cookies
  4. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »

Mozilla Firefox

  1. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
  2. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
  3. Paragraphe Historique : Dans le menu déroulant « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
  4. Les paramètres qui s’affichent vous permettent de paramétrer vos choix concernant les cookies et leur durée de conservation (refuser tous les cookies, d’accepter les cookies en refusant les cookies tiers)
  5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »

Google Chrome

  1. Cliquez sur l’icône personnaliser et contrôler Google Chrome située en haut à droite de la barre de navigation
  2. Sélectionnez « Paramètres » puis activez « afficher les paramètres avancés »
  3. Dans la partie confidentialité, activez le menu « paramètres de contenus »
  4. Paramétrez vos choix concernant les cookies, sélectionnez « Blocage des sites tiers »

Safari

  1. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
  2. Sélectionnez l’icône « Confidentialité »
  3. Paramétrez vos choix concernant les cookies (Blocage des sites tiers)

16 décembre 2021 | Confiance.ai

Confiance.ai dévoile les 12 start-up et PME innovantes lauréates de son appel à manifestation d’intérêt

Ces 12 start-up et PME Deep Tech rejoignent, au sein d’un programme conjoint d’innovation de rupture, un écosystème d’une trentaine de grands groupes, de PME et de laboratoires de recherche pour adresser ensemble les enjeux de l’intelligence artificielle (IA) de confiance au service des applications industrielles.

DSC 6256 Modifier 980x641CréditsGil Lefauconnier/Confiance.ai

À l’occasion d’un événement organisé ce 16 décembre 2021 en présence de son écosystème, le collectif d’industriels et d’académiques* Confiance.ai a annoncé les 12 start-up et PME lauréates de l’appel à manifestation d’intérêt lancé en juillet 2021. AI Redefined, AIvidence, AzurIA, Cervval, Datakalab, Golaem, Jolibrain, Kereval, Mydatamodels, OKTAL-SE, Quantmetry et Simsoft-Industry rejoindront le programme à compter de janvier 2022. Elles mettront leurs technologies de simulation, d’interactions homme-machine, de test et de d’explicabilité au service du développement d’une plateforme souveraine d’ingénierie de l’IA de confiance pour les systèmes critiques. Ce programme est financé à hauteur de 30M€ par le Programme d’investissements d’avenir (PIA).

« Confiance.ai est un programme unique, auquel nous sommes fiers de participer, car il s’inscrit dans une démarche véritablement intégrative et ouverte. Avec l’arrivée de ces 12 pépites, il fédère en moins d’une année d’existence un écosystème riche de plus de 40 partenaires industriels de toute taille (start-up, PME, grands groupes), d’académiques et de laboratoires de recherche autour de l’ambition commune de faire de la France un leader de l’IA de confiance », commente Mohammed Sijelmassi, CTO de Sopra Steria et membre du comité de direction de Confiance.ai.

« Confiance.ai donne une nouvelle preuve du collectif français à l’œuvre entre grands groupes, startups et PME innovantes. La French Tech est plus que jamais une opportunité pour accélérer la transition digitale de l’écosystème français et répondre aux enjeux de souveraineté numérique », précise Paul-François Fournier, Directeur Exécutif, Direction Innovation, BPI France.

Ces 12 start-up et PME innovantes ont été sélectionnées parmi 44 candidats par un comité composé de représentants des partenaires du programme sur les critères suivants :

  • La qualité de l’offre,
  • l’intérêt de la proposition,
  • la pertinence pour atteindre les objectifs du programme,
  • les contraintes de mise en œuvre,
  • les ressources mobilisées,
  • le financement demandé

Intégrées au sein d’un ou plusieurs des sept projets du programme, elles auront la possibilité de tester et d’améliorer leurs technologies et de les faire progresser sur des cas d’utilisation critiques, tout en contribuant à la résolution des verrous technologiques du programme. Elles seront soutenues par un investissement financier à hauteur de 1,2 million d’euros en cumulé.

Du fait de la richesse de l’écosystème de start-up et PME spécialisées en intelligence artificielle et de la pertinence des technologies existantes, le collectif Confiance.ai envisage le lancement d’un second Appel à Manifestation d’Intérêt dans les mois à venir.

« Nous sommes très heureux de l’arrivée de ces 12 start-up et PME innovantes au sein du programme, conformément à la feuille de route que nous nous étions fixée. L’adage « l’union fait la force » s’applique également dans le monde de la Recherche et de l’Innovation. Chez SystemX, nous l’avons éprouvé au travers de notre initiative START@SystemX qui a, à plusieurs reprises, donné l’opportunité aux start-up de rejoindre des grands comptes et fournisseurs de technologies pour bâtir les nouveaux services de demain. Nul doute que les technologies des start-up retenues dans le cadre de cet AMI contribueront à accélérer la résolution des verrous du programme », explique Paul Labrogère, Directeur général de l’IRT SystemX, pilote du programme Confiance.ai.

Les 12 start-up et PME lauréates de l’AMI :

AIR (AI-Redefined) : Basée à Montréal, AIR développe Cogment, plateforme logicielle open source (Human in the Loop Learning). Cogment favorise la collaboration et l’apprentissage continus, en temps réel, au sein d’écosystèmes d’intelligence mêlant humains et IAs de tout type.

AIvidence : Jeune structure innovante française dédiée à l’explicabilité et l’auditabilité des algorithmes. Dans confiance.ai, AIvidence développera à l’aide d’outils open source une approche d’explications « régionales », complémentaire des approches locale et globale, afin de faciliter le développement, entre experts métier et concepteurs de modèles, d’IA explicables par construction.

AzurIA : Avec l’ambition d’aider la planète et ses occupants, cette start-up, basée à Sophia-Antipolis, optimise pour chacun de ses clients une solution d’Intelligence Artificielle, embarquable sur cibles matérielles basse consommation, pour extraire au plus proche du capteur l’information utile en temps réel.

Cervval : Cervval utilise la simulation numérique en fusionnant la modélisation physique, l’apprentissage statistique et la 3D pour la création de datasets synthétiques permettant de s’assurer que tous les cas sont représentés d’une manière homogène au niveau statistique, même ceux qui sont rares et difficilement reproductifs dans la réalité.

Datakalab : Basée à Paris, Datakalab est spécialisée dans le développement d’algorithmes d’analyse de l’image par ordinateur afin de mesurer les flux dans l’espace public. Dans confiance.ai, elle travaillera sur l’amélioration de la performance du traitement d’images sur des applications embarquées. Les technologies Datakalab permettent de diviser par 6 en moyenne la puissance de calcul d’un réseau de neurones.

Golaem : Golaem, basée à Rennes, fournit des solutions de peuplement des environnements virtuels avec des personnages numériques pour alimenter les algorithmes d’apprentissage profond avec des données synthétiques précises sur le plan comportemental. Dans confiance.ai, Golaem contribuera notamment à un cas d’usage en conduite autonome.

Jolibrain : Société basée à Toulouse, Jolibrain propose le produit logiciel Open Source JoliGAN qui permet la transformation de données entre domaines avec conservation contrôlée de la sémantique. Ceci permet d’assurer la fiabilité des modèles en contexte réel, à partir de données simulées ou externes.

Kereval : Basée près de Rennes, cette PME est un laboratoire d’ingénierie de tests logiciels. Elle développe notamment des méthodologies de vérification et de validation de l’IA. Kereval contribuera à confiance.ai avec sa plate-forme de test et de vérification de systèmes basés machine learning en boîte noire, ce qui permet son applicabilité indépendamment du type de modèle.

MyDataModels : Spécialiste de l’IA frugale, start-up basée à Sophia Antipolis, MyDataModels a développé sa propre technologie d’intelligence artificielle, ZGP (Zoetrop Genetic Programing), particulièrement efficace sur les petits jeux de données (small Data). Les modèles prédictifs générés sont extrêmement légers, robustes et opérationnels sur tous types de capteurs ou de systèmes embarqués. L’IA développée par MyDataModels est également interprétable, compréhensible et transparente.

OKTAL-SE : PME basée en région toulousaine, OKTAL-SE est un éditeur de logiciel de simulation de capteurs Electro-Optique et Radiofréquence de pointe. Ses outils sont devenus une référence internationale pour le développement et l’évaluation d’applications critiques de détection, guidage et navigation. Dans le programme, OKTAL-SE travaillera sur la production de données capteurs synthétiques physiquement réalistes adaptées à l’apprentissage des algorithmes intelligents.

Quantmetry : Basé à Paris, Quantmetry est un cabinet de conseil de référence spécialisé en Intelligence Artificielle. Dans le programme, Quantmetry contribuera au développement d’une IA de confiance en France en accélérant le développement des méthodes et outils capables de mesurer l’incertitude liée à l’IA, de manière systématique et transparente (par ex : la librairie open source MAPIE).

Simsoft-Industry : Implantée à Labège, la start-up développe un Assistant Vocal intelligent, baptisé Spix. Dans le cadre de confiance.ai, Simsoft se propose de mettre au point une méthodologie outillée centrée sur SPix permettant l’établissement de la confiance entre un technicien et de nouveaux systèmes à base d’IA déployés à son poste de travail et participant à leur acceptabilité.

*Air Liquide, Airbus, Atos, CEA, Inria, Naval Group, Renault, Safran, IRT Saint Exupery, Sopra Steria, IRT SystemX, Thales, Valeo

Téléchargez le communiqué de presse

 

 

01 décembre 2021 | NUVIA & CEA-List

Signature du contrat cadre de renouvellement du laboratoire commun NUVIA – CEA-List

NUVIA CEA LIST 250Bruno Lancia, directeur général de NUVIA et Alexandre Bounouh, directeur de l’institut CEA-List, ont signé le 1er décembre 2021 lors du salon World Nuclear Exhibition (WNE) le renouvellement jusqu’en 2024 de leur laboratoire commun, initié en 2016. Dédié au développement de nouveaux capteurs dans le domaine de la radioprotection pour les domaines de l’industrie nucléaire et de la sécurité, ce partenariat vise à renforcer le développement de ces nouvelles technologies par NUVIATech Instruments et leur commercialisation dans le monde entier.

C’est pour bénéficier de leurs évidentes synergies que NUVIA et le CEA ont initié dès 2016 une étroite collaboration, sous forme d’un laboratoire commun. Ce partenariat très fructueux, déjà renouvelé en 2019 pour une durée de trois ans, s’est concentré sur deux thématiques fortes, l’une autour de la détection d’émetteurs bêta dans une ambiance gamma, et l’autre, la détection de sources radioactives neutrons/gamma.

Résultat tangible de cette collaboration, un transfert industriel de nouvelles formulations de scintillateurs plastiques (capteurs à base de matériaux sensibles aux rayonnements ionisants) a été finalisé en 2018. Deuxième succès : un appareil de contamination bêta apte à être utilisé dans un bruit de fond gamma élevé, actuellement en phase de pré-commercialisation. Enfin, plusieurs autres transferts industriels sont déjà en cours de discussion.

Pour NUVIA, fournisseur de solutions innovantes d’ingénierie, services et produits pour les environnements nucléaires, les appareils actuellement utilisés dans le domaine de la radioprotection, bien que performants, présentent plusieurs limitations.

Par exemple, pour détecter un type de rayonnement radioactif spécifique dans un environnement fortement bruité par d’autres rayonnements ionisants, ou pour l’analyse de surfaces contaminées très étendues comme dans les chantiers de démantèlement.

L’obsolescence de certains appareils est également une préoccupation majeure.

Le CEA, à travers notamment son institut CEA-List, spécialiste des systèmes numériques intelligents, développe depuis de nombreuses années une approche innovante pour l’instrumentation nucléaire.

Son originalité réside dans sa dualité, c’est-à-dire, la modification fonctionnelle à la fois du capteur (scintillateur) et du détecteur associé (prototype d’appareil). Le CEA-List est l’un des rares instituts au monde à avoir la capacité de développer cette offre dans le domaine du nucléaire, grâce aux compétences multidisciplinaires reconnues de ses équipes en chimie, physique et électronique numérique.

Ces réussites ont poussé les deux partenaires à renouveler leur laboratoire commun pour la deuxième fois, jusqu’en 2024, pour poursuivre leurs développements au service de la radioprotection et de la sécurité des opérateurs du nucléaire.

« Le laboratoire commun avec le CEA-List est le moteur de l’innovation pour notre activité NUVIATech Instruments et il nous permet d’apporter à nos clients des solutions disruptives sur nos marchés. Les compétences de nos équipes respectives sont en parfaite adéquation et lorsque nous optimisons nos propres scintillateurs, développons de nouveaux algorithmes et les combinons avec une électronique de pointe, nous arrivons avec des produits de mesures nucléaire inédits totalement en phase avec notre stratégie d’innovation. Je suis donc ravi de renouveler notre confiance au CEA-List et prolonger une nouvelle fois notre collaboration » explique Bruno Lancia.

« Le renouvellement du laboratoire commun avec notre partenaire NUVIA est une grande marque de confiance dans les compétences des équipes du CEA-List et de ses technologies. Nous nous réjouissons de la durée de ce partenariat qui témoigne de la capacité du CEA à accompagner ses partenaires industriels de façon pérenne » s’enthousiasme Alexandre Bounouh.

À propos de NUVIA

Fort de son expérience dans le nucléaire, NUVIA accompagne ses clients industriels en environnements sensibles et hautement réglementés tout au long du cycle de vie de leurs installations.

NUVIA intervient dans de nombreux secteurs d’activités dont ceux de l’énergie nucléaire, de la défense civile et militaire, de la santé, ou encore de l’environnement, en proposant à ses clients tous les services support, l’ingénierie, et les produits nécessaires à la conception, la construction, l’exploitation et le démantèlement de leurs installations industrielles. NUVIA oeuvre aux côtés de ses clients en garantissant les meilleurs niveaux de sécurité et de performance, pour bâtir un monde plus sûr, plus propre et durable.NUVIA est une filiale du réseau de spécialités de VINCI Construction, un leader mondial de la construction.

À propos du CEA

Le CEA est un acteur majeur de la recherche, au service de l’État, de l’économie et des citoyens. Il apporte des solutions concrètes à leurs besoins dans quatre domaines principaux : transition énergétique, transition numérique, technologies pour la médecine du futur, défense et sécurité.

Seul organisme de recherche public français dans le top 100 mondial des acteurs de l’innovation (Derwent 2018-19), le CEA a un rôle de catalyseur et d’accélérateur d’innovation au service de l’industrie française. Il améliore la compétitivité des entreprises de tous les secteurs par la création de produits performants et différenciants et apporte des solutions novatrices pour éclairer les évolutions de notre société. Le CEA déploie cette dynamique dans l’ensemble des régions de France en accompagnant ses partenaires locaux dans leur démarche d’innovation et contribue ainsi à la création de valeur et d’emplois pérennes sur le territoire, au plus près des besoins industriels.

Parallèlement, il accompagne le développement de ses 222 startups, vecteurs agiles pour transférer le savoir-faire et les technologies de rupture issues des laboratoires.

 

 

 

01 décembre 2021 | Orano

Orano et ses partenaires lancent le projet Usines de Demain

logo udd defLe groupe Orano et ses partenaires lancent un projet de développement intitulé udd@Orano (pour Usines De Demain sur les sites industriels d’Orano) en vue d’accélérer le déploiement de l’usine du futur au coeur des sites industriels du groupe.

Coordonné par Orano, ce projet fédère 11 partenaires industriels durant une période de 36 mois : 6 TPE-PME (Aeraccess, Axionable, Diota, Ob’dO, Shark Robotics, Sileane), 2 grandes entreprises (Predict, Probayes) et 3 organismes de recherche (le CEA, l’Ecole des Mines de Saint-Etienne et l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne).

Pendant la durée du projet, Orano et ses partenaires mettent en commun leurs expertises afin de développer et mettre en oeuvre de nouvelles solutions technologiques. Les travaux porteront par exemple sur la conception de capteurs miniaturisés innovants pour des mesures radiologiques plus performantes. De nouveaux algorithmes s’appuyant sur l’Intelligence Artificielle (IA) seront également développés afin de faciliter l’aide à la décision et l’anticipation des actions. Des plateformes de réalité mixte fondées sur des maquettes numériques 3D et la dématérialisation des flux permettront d’assister les opérateurs dans leurs missions en environnements contraints. Enfin, de nouveaux robots seront développés pour réaliser des opérations complexes à distance et automatiser des tâches simples.

Ces nouvelles solutions, applicables à la filière nucléaire et à toute l’industrie, visent à continuer de placer les sites industriels d’Orano aux plus hauts niveaux technologiques en vue d’améliorer la performance, la production, la compétitivité des usines et la sécurité des opérateurs. Elles participent également au développement et à la croissance des TPE-PME partenaires en valorisant les solutions technologiques en rupture développées dans le cadre du projet. Elles permettent enfin de développer de nouvelles connaissances et briques technologiques innovantes contribuant au renforcement du tissu industriel français dans son ensemble.

Le projet udd@Orano répond aux critères du plan de relance initié par le gouvernement. À ce titre, il bénéficie d’une subvention de plus de 10 millions d’euros attribuée par France Relance à l’ensemble des partenaires.

Le projet offre des perspectives de retombées économiques significatives incluant un chiffre d’affaires supplémentaire de plus de 11 millions d’euros par an dès 2025 pour ses partenaires TPE et PME, et la création de plus de 70 emplois directs qualifiés sur le territoire national et autant d’emplois indirects.

 Télécharger le communiqué de presse

 

 

08 novembre 2021 | EIT Manufacturing

EIT Manufacturing stimule l’innovation en France

Plus de 100 représentants des principales entreprises industrielles françaises ont pu découvrir une partie de leur avenir lors de la conférence "Industrie du Futur", organisée aujourd'hui à Paris-Saclay par EIT Manufacturing West et le CEA-List. Avec cet événement, les deux partenaires renforcent leur vaste réseau en France en présentant aux dirigeants d'entreprise des représentants d'institutions universitaires et de recherche, de start-ups et de PME, dans le but de stimuler l'innovation dans tout le pays.

La conférence, qui s’est tenue à l’École Polytechnique, s’inscrit dans la mission d’EIT Manufacturing de faire de l’Europe le leader mondial de l’industrie innovante, compétitive et durable. EIT Manufacturing est une communauté d’innovation soutenue par l’Institut Européen d’Innovation et Technologie (EIT), un organe de l’Union européenne. Elle rejoint également la vocation de l’institut de recherche technologique CEA-List d’accompagner l’écosystème industriel par le transfert technologique.

L’événement a pu compter sur la participation de conférenciers de renom tels que Thomas Courbe, Directeur général des entreprises, et Frédéric Sanchez, Président de la filière « Solutions Industrie du Futur». En outre, les participants ont découvert de nombreux projets innovants dans le domaine de l’automatisation et de la robotique, grâce aux représentants d’entreprises leaders dans le manufacturing telles que Fives, ESI Group, Tridimeo ou COMAU, entre autres.

Courbe/ Frédéric Sanchez, Président Directeur Général du groupe Fives a rappelé: « Je salue l'excellente collaboration du secteur " Industrie Solutions du Futur " avec EIT Manufacturing et le CEA autour de cet événement. Elle devrait donner plus de visibilité à l'offre française, notamment à travers nos vitrines de l'Industrie du futur. J'espère qu'elle permettra ainsi de renforcer les partenariats européens sur le smart manufacturing que l'EIT Manufacturing promeut dans l'intérêt d'une industrie européenne forte ».

L’innovation est en pointe en France

Antoni Pijoan, directeur général d’EIT Manufacturing West, a donné un aperçu de l’organisation qui compte plus de 60 membres à travers l’Europe. Pijoan a souligné que «la France est l’une des 10 plus grandes puissances industrielles au monde, et donc un marché clé pour EIT Manufacturing. En fait, le siège de l’organisation est basé à Paris-Saclay. Nous avons 8 membres en France qui vont de grandes entreprises aux grands centres de recherche et aux universités. Notre ambition est de continuer à grandir en ayant plus de grandes entreprises, mais aussi des PME et des Startups technologiques qui rejoignent notre communauté, avec pour objectif de faire de l’Europe un leader en matière d’innovations industrielles ».

Joël Rosenberg, Responsable du Développement pour la France, a déclaré : « Je suis fier et heureux d’animer l’événement EIT Manufacturing le 8 novembre à Saclay, qui réunira la communauté des industriels qui assure le développement de leur outil de production à l’aide des nouvelles technologies. C’est un grand jour pour l’industrie et une étape importante pour EIT Manufacturing et son déploiement en France ».

Alexandre Bounouh, Directeur du CEA-List, a ajouté : « Le développement d’un tissu de fournisseurs de technologies joue un rôle majeur dans la chaîne de la valeur industrielle. Un institut de recherche technologique tel que le CEA-List permet à la fois d’accompagner le transfert de technologies, et d’orchestrer l’écosystème industriel via des concepts innovants comme celui de FactoryLab. Nous offrirons également aux entreprises dès 2022 un accès à des plateformes expérimentales « Lab2Fab » afin de valider les solutions technologiques dans des conditions au plus près de celles de l’industrie. »

EIT Manufacturing en France

EIT Manufacturing West est basée à San Sebastian (Espagne)et gère les activités de l’organisation en France, en Espagne et au Portugal. La région géographique (Colocation Centre, i.e. CLC) Ouest-Europe est l’une des régions les plus industrialisées d’Europe, mais elle se caractérise également par un haut degré de diversité. La France est le troisième pays industriel de l’UE-27 après l’Allemagne et l’Italie. Avec eux, la France fait partie de l’accord de coopération trilatéral « Industrie 4.0 », qui vise à promouvoir la transformation digitale de l’industrie.

EIT Manufacturing West compte actuellement 15 membres, dont 8 en France : Arts et Métiers Paris Tech (Université ENSAM), Ecole Centrale de Nantes, Grenoble INP (Université Grenoble Alpes), CEA, CT-IPC, Fives Group, ESI Group et l’organisation industrielle Aerospace Valley, ainsi que plusieurs entreprises participant déjà à ses activités. Au niveau européen, EIT Manufacturing dispose de quatre autres CLC, avec des bureaux en Allemagne, en Suède, en Autriche et en Italie, et plus de 65 organisations partenaires, y compris des universités, des instituts de recherche et des entreprises.

À propos de l’EIT et de l’EIT Manufacturing

L’Institut européen d’innovation et de technologie (EIT) renforce la capacité de l’Europe à innover avec des solutions aux défis mondiaux actuels et en stimulant les talents entrepreneuriaux pour créer une croissance durable et des emplois qualifiés en Europe. L’EIT est un organe de l’UE qui fait partie intégrante d’Horizon Europe, le programme-cadre de l’UE pour la recherche et l’innovation. L’Institut soutient le développement de partenariats paneuropéens dynamiques – les communautés de la connaissance et de l’innovation de l’EIT – entre des entreprises, des laboratoires de recherche et des universités de premier plan.

EIT Manufacturing est soutenu par l’Institut européen d’innovation et de technologie (EIT), un organisme de l’Union européenne. C’est l’une des huit communautés d’innovation au sein de l’EIT. Les autres sont EIT Climate-KIC, EIT Digital, EIT Food, EIT Health, EIT InnoEnergy, EIT Raw Materials et EIT Urban Mobility. L’objectif principal d’EIT Manufacturing est de rassembler les parties prenantes européennes de l’industrie dans un écosystème d’innovation qui ajoutent une valeur unique aux produits, processus et services européens et inspirent la création d’une activité industrielle compétitive et durable à l’échelle mondiale. EIT Manufacturing rassemble plus de 65 organisations (universités, instituts de recherche et entreprises).

À propos d’EIT Manufacturing West

EIT Manufacturing West, S.L. est l’un des cinq centres de « colocalisation centre, CLC » d’EIT Manufacturing. Situé à Saint-Sébastien, dans le nord de l’Espagne, CLC West comprend trois pays européens: la France, le Portugal et l’Espagne, ces deux derniers faisant partie du programme régional d’innovation (RIS) de l’EIT. EIT Manufacturing CLC West travaille en étroite collaboration avec ses 15 membres à part entière issus de l’industrie, de la recherche et du milieu universitaire. Ces membres sont Arts et Métiers Paris Tech (ENSAM University), Ecole Centrale de Nantes, Grenoble INP (Université Grenoble Alpes) ; les grands centre de recherche : CEA, CT-IPC, INESC-TEC, Tecnalia, Manufacturing Alliance; ainsi que des entreprises industrielles : Fives Group, ESI Group, Sonae, Aernnova et ITP Aero ; et les organisations industrielles Aerospace Valley et Mondragon Corporation. CLC West travaille également en collaboration avec ses partenaires de réseau : EMC2 (France), Mobinov et Produtech (Portugal), Adegi, AFM et AIN (Espagne), et son réseau toujours croissant de « activity partners ».

EIT Manufacturing — Faire de l’innovation une réalité !

Coordonnées

Ana Bautista, directrice de la communication, EIT Manufacturing CLC West

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Portable : +34. 636 521013

 

Télécharger le communiqué de presse

 Replay de la journée 

 

 

25 octobre 2021 | STARLIGHT

Projet européen : lancement de STARLIGHT

starlight

​Le 1er octobre 2021 était lancé STARLIGHT (Sustainable Autonomy and Resilience for LEAs using AI against High priority Threats), un projet d’innovation qui vise à renforcer la souveraineté et l'autonomie stratégique dans le domaine de l'Intelligence Artificielle (IA) pour les forces de l’ordre européennes. D’une durée de 4 ans, le projet bénéficiera d’un budget total de 18,8 millions d'euros, dont 17 millions financés par l'Union européenne.

​Le projet STARLIGHT, coordonné par le CEA, réunit 52 partenaires représentant 18 pays européens, dont 15 forces de l’ordre issues de 13 pays de l’UE.

Pendant 4 ans, les partenaires travailleront au développement d’une nouvelle communauté durable et pluridisciplinaire, et construiront un environnement cohérent et stratégique pour fournir aux forces de l’ordre européennes des solutions d'IA interopérables et fiables défendant les valeurs éthiques et sociétales de l’UE pour faire face à des menaces hautement prioritaires. Les partenaires ont conçu STARLIGHT pour renforcer les capacités en IA des forces de l’ordre ainsi que celles des organismes de recherche et de l'industrie qui les soutiennent.

Les principaux résultats attendus de cet ambitieux projet sont :

  • l'amélioration et l'enrichissement des connaissances et de la prise de conscience des forces de l’ordre sur la manière dont l'IA peut renforcer leurs capacités opérationnelles et de cybersécurité,
  • le développement d'une stratégie de cybersécurité efficace et le développement de mesures associées pour protéger de manière proactive les solutions d’IA contre les cybermenaces (en incluant des dispositions pour le développement d’une IA de confiance),
  • la création d'un environnement multipartite et collaboratif pour l’utilisation analytique de l'IA,
  • et la création du hub européen de l'IA pour les force de l’ordre comme centre de gravité de la vision européenne de l'IA pour la sécurité intérieure de l’Union.

Références :

​Cordis - Sustainable Autonomy and Resilience for LEAs using AI against High priority Threats

Twitter - @Starlight_H2020

Télécharger le communiqué de presse (disponible en version anglaise seulement)